Les danses d'afrique par KORZEAM


Pour une meilleure reconnaissance des danses d’Afrique

Mélanie PLANKEELE / DansesMélanie Plankeele - Korzeam


Mélanie : Issu du grec melas, melanos, signifiant " de couleur noire".
S’est formée très tôt à la musique : piano et flûte. Son goût pour le mouvement l’a ensuite amené à la danse classique mais c’est en goûtant aux énergies d’un sport collectif que son engouement pour la pratique en groupe commence à émerger. C’est à sa majorité qu’elle suit son premier cours de danse africaine : une évidence, son « évi danse » … celle qui lui parle. Alliée à la pratique du théâtre, la danse africaine prend une place de plus en plus importante pour enfin l’emmener sur la terre mère, à Dakar où elle intègre le ballet « goorgoorlou » dirigé par Dion Counda Koité du « Ballet Bannaya » et a la chance d’assister aux répétitions hebdomadaires du ballet « Soundiata Keita » de Mansour Gueye.
Depuis lors, Mélanie foule les salles de danse et scènes de France pour se former intensément aux danses d’Afrique. Elle se forme chaque année en Guinée Conakry aux krins, dunduns et s’allie conjointement au travail d’Alphonse TIEROU pour témoigner de l’évolution quotidienne des danses d’Afrique et leur reconnaissance. Reconnue pour sa joie de vivre et son plaisir à partager les moments de danse, les cours et stages de Mélanie traduisent sa passion pour l’Afrique tant par sa méthode proche de celle des ballets (diagonales dansées, travail d’écoute et de chants avec les percussions) que pour sa pédagogie issues de l’observation, l’imitation et le mimétisme (cf Piaget).
Sa dernière lubie : rencontrer les masques qui dansent.

   
 

Madou DEMBELE / PercussionsMadou DEMBELE intervenant Korzeam


Natif du Mali, Madou vient d'une famille de 33 générations de joueurs de djembé. Madou a commencé très jeune à tambouriner sous la tutelle de son grand-père.

En 1995, Madou débarque aux Etats Unis avec le chanteur africain Machange CAMARA pour une série de concerts. Il apparait alors comme le soliste principal du légendaire Baba OLATUNJI et les Tambours de la Passion.
Un concert pour le The Hunger Project (le Projet contre Faim) à New York City, a tant impressionné le président du Mali qu'il a demandé une audience privée avec Madou.

Il s'est également produit avec Stevie WONDER et le Groupe "blue man group" (pub intel pentium), a enregistré avec Herbie HANCOCK, Ziggy MARLEY et était interprète du Monde de Disney.

En 2002, Madou forme le « Super Yankadi » dans l’Iowa et Midwest des USA. Depuis, il continue de jouer pour des baptêmes africains, des mariages et d'autres célébrations culturelles.

Il développe actuellement ses propres cours de percussion et accompagne les cours de danse partout en France.

La mission personnelle de Madou sonne haut et fort :
« Dieu a voulu que l'homme soit heureux, donc il lui a donné le pouvoir de tambouriner. Je joue mon tambour pour étendre la paix et l'amour dans le monde entier. C'est ce que je suis venu désormais faire en France. »